Le coronavirus a été une crise sanitaire sans précédente. Le monde entier a été touché par cette pandémie qui a vu l’économie mondiale à l’arrêt. Et l’Europe n’a pas échappée à cette crise. D’ailleurs, l’Union européenne a enregistré sa plus forte baisse de son PIB depuis plus d’une décennie alors que les mesures de confinement ont immobilisés les économies européennes.

Le PIB de la zone euro a chuté de 3,1 % au cours des trois premiers mois de cette année, par rapport à la même période un an plus tôt. L’UE a connu une baisse de 2,6 % sur la même période. Les plus fortes baisses du PIB en Europe ont été enregistrées en Slovaquie, en Espagne, en Italie et en France. Et la France a aussi d’autres soucis, notamment au niveau du secteur immobilier, car on a assisté à une variation des loyers dans le pays.

Une baisse moyenne de 8,7 % du PIB

La pandémie a frappé l’économie européenne plus durement que prévue, même si un rebond prudent est en train de s’amorcer. Dans la zone euro, le produit intérieur brut a chuté de 8,7 % en moyenne. Toutefois, on s’attend à une hausse de 6,1 % en 2021. Des mesures politiques rapides et décisives ont jusqu’à présent empêché un effondrement plus important des marchés du travail européens. Les emplois ont été préservés par diverses mesures, en particulier des régimes de chômage partiel qui ont contribué à maintenir les salariés. Mais à l’avenir, le succès de ces mesures dépendra du rythme de la reprise.

Par ailleurs, il y a aussi des divergences grandissantes entre les pays. Même si tous les membres de l’UE ont été frappés par la crise, il y a eu un impact différent pour chaque pays. Le plan de relance commun a été mis en place afin de réduire le risque d’une divergence croissante. Pour les spécialistes, l’inflation devrait rester relativement faible cette année, mais une augmentation est prévue vers la fin de l’horizon de prévision. Face à cette crise, il y a notamment eu quelques pays qui ont affiché une baisse du PIB inférieure à 6 %, dont la Suède et le Danemark.

Les loyers fluctuent en France

La France figure parmi les pays ayant enregistré la plus forte baisse de son PIB cette année. Mais elle fait aussi face à une hausse de l’indice de référence des loyers. En effet, il y a eu une progression de 0,66 % de l’indice de référence sur un an. Il s’est situé à 130,57 au deuxième trimestre de cette année. Le trimestre précédent, cette hausse était de 0,92 %.

Les prix à la consommation ont aussi connu une hausse, de l’ordre de 0,4 % cette année. Et les chiffres sont différents selon les produits. Ce qui est encourageant, c’est surtout la baisse du prix de l’énergie, qui a enregistré une forte régression. Concernant la variation des loyers, le bailleur a le droit de réviser le loyer d’un local à des fins d’habitation chaque année. Mais une telle révision est soumise au contrat de location.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *