Lfinance

Toute l'actualité financière, marché, fiscalité, banque et guide financier

Mali : Aliou Diallo confiant après la levée des sanctions

A l’issue d’un sommet extraordinaire à Accra (Ghana) le dimanche, la CEDEAO a décidé de lever les sanctions économiques contre le Mali. Les observateurs s’attendaient à cette décision après que Bamako a promulgué, le 17 juin dernier, la loi électorale devant conduire à des élections et à un retour à l’ordre constitutionnel. Aliou Diallo, président-d’honneur d’ADP-Maliba, se dit confiant pour l’avenir du Mali qu’il souhaite diriger.

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a levé, le dimanche 3 juillet à Accra (Ghana), les sanctions commerciales et financières imposées au Mali en janvier 2022. Il s’agissait notamment de la fermeture des frontières avec les autres Etats membres et de l’instauration d’un embargo sur les échanges commerciaux et les opérations financières. Si elle lève ses sanctions, l’organisation sous-régionale maintient toutefois les mesures individuelles et la suspension du Mali de ses instances jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel. Aussi, rejette-t-elle la possibilité pour les militaires de se présenter à l’élection présidentielle, en vertu des dispositions de la charte de la transition.

La probable candidature des militaires, la question qui fâche

En effet, la loi électorale promulguée par le Colonel Assimi Goita le 24 juin dernier permet à tout Malien de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle prévue en février 2024, y compris les militaires au pouvoir. Or, la CEDEAO pousse depuis plusieurs mois pour obtenir de Bamako l’organisation d’élections transparentes entre civils. C’est donc sûrement là le prochain point d’achoppement entre les deux parties…Pour l’instant, tout le monde savoure cette levée des sanctions économiques contre le Mali. 

Parmi les plus enthousiastes figure Aliou Diallo, le président de l’ADP-Maliba, l’un des plus importants partis politiques actuels du Mali. Dans une déclaration publiée le lundi 4 juillet 2022, l’homme d’affaires a salué la suspension « des sanctions injustes qui frappaient [le] brave et résilient peuple [malien] depuis près de six mois ». Cette population souffrant déjà des conséquences de la guerre et du terrorisme au nord. Elle voit donc ôter de ses épaules, un poids considérable.

Un politique généreux et visionnaire 

Pour Aliou Diallo, « cette mesure de la CEDEAO consacre un début du retour [du pays] dans le giron de la communauté internationale où il doit reprendre toute sa place historique et légitime ». Il estime aussi qu’avec le nouveau chronogramme des élections publié par le gouvernement, l’on se rapproche d’« un retour à l’ordre constitutionnel » dans un Mali qui « peut tanguer mais ne chavirera jamais ». Pour rappel, le nouveau calendrier fixe le référendum constitutionnel à mars 2023, et les législatives entre octobre et novembre 2023. Quant à la présidentielle, elle aura lieu en janvier et février 2024.

Des sondages de 2020 présentent Aliou Diallo comme le favori de la prochaine élection présidentielle, après qu’il a fini troisième au scrutin de 2018. Si plusieurs mois ont passé, la popularité du PDG d’Hydroma reste intacte. En témoigne l’adhésion de nombreux partis à sa formation politique. Ces groupements se disent séduits par le patriotisme sans limite, la vision politique et la philanthropie de longue date du riche entrepreneur. Sa générosité s’exprime à travers les actions quotidiennes de sa Fondation Maliba. Mais, Aliou Diallo souhaite faire davantage pour ses compatriotes. Il a donc préparé un ambitieux Plan Marshall pour le Mali dans la course au palais de Koulouba.

Source image : jeuneafrique.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.