L’agence fédérale américaine de sécurité sanitaire (FDA) a décidé mardi de classer le dispositif de tabac à chauffer de Philip Morris International (PMI) dans la catégorie des « produits à risques modifiés ».

La Food and Drug Administration a estimé dans un communiqué que l’Iqos a démontré être un dispositif « contenant un plus faible niveau ou présentant une moindre exposition à une substance (…) et qui devrait bénéficier la santé de la population ». Selon la FDA, PMI a démontré que son dispositif était moins nocif pour la santé que des cigarettes.

« Les données présentées par la compagnie montrent que la commercialisation de ces produits avec les informations autorisées pourrait aider des fumeurs adultes dépendants à se défaire de la cigarette et à réduire leur exposition à des produits chimiques nocifs », a indiqué le directeur du Centre des produits tabagiques de la FDA, Mitch Zeller.

Le PDG de PMI, Andre Calantzopoulos, s’est également félicité de cette décision dans un communiqué. Selon lui, la décision de la FDA démontre « que l’Iqos est un produit tabagique fondamentalement différent et un meilleur choix pour les adultes qui, sans cela, continueraient à fumer ».

Suite à cette annonce du gendarme sanitaire américain, les cours en bourse de PMI ont progressé de plus de 3%, tant le fait d’être reconnu comme un acteur de la réduction des risques est un enjeu crucial pour le groupe international, qui vise à changer de modèle économique à moyen-terme et à abandonner la cigarette au profit de dispositifs de réduction des risques.

Le dispositif de tabac à chauffer développé par PMI, l’Iqos, permet de chauffer du tabac à une température de 350 degrés, qui génère une vapeur au goût similaire à la cigarette, sans engendrer de combustion du tabac (une cigarette chauffe à hauteur de 900 degrés), ce qui permet selon PMI de réduire la nocivité de son dispositif de plus de 90%.

Toutefois, comme le reconnait PMI sur son site Internet, le tabac à chauffer « n’est pas sans risque et génère de la nicotine qui est addictive ». C’est la raison pour laquelle le tabac à chauffer, comme tous les autres substituts à la cigarette ne doivent être commercialisés qu’à destination des adultes souhaitant arrêter la cigarette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *