Lfinance

Toute l'actualité financière, marché, fiscalité, banque et guide financier

Pourquoi la digitalisation change la donne pour l’inclusion financière ?

Un segment de clientèle qui a été historiquement négligé par le secteur des services financiers est celui des « non bancarisés » et des « sous-bancarisés ». Les personnes non bancarisées sont des personnes qui n’utilisent aucun service bancaire, y compris les cartes de débit, les comptes courants et les comptes d’épargne. Pendant ce temps, les consommateurs sous-bancarisés utilisent un certain type de compte bancaire, mais n’ont pas un accès régulier à des services tels que les cartes de crédit ou les hypothèques. Ils se tournent souvent vers des solutions de rechange, comme les prêts sur salaire et les magasins d’encaissement de chèques, pour s’en sortir. 

La majorité des banques et des sociétés financières ont fait relativement peu pour résoudre le problème, car servir ces clients a généralement été moins rentable que d’autres segments. Cependant, les nouvelles technologies peuvent améliorer les marges bénéficiaires et les besoins du marché sont importants : la population mondiale non bancarisée s’élève désormais à 1,7 milliard, dont 40 millions de citoyens dans la seule Union européenne. Et à mesure que nos vies quotidiennes deviennent de plus en plus dépourvues d’argent liquide, la dépendance à l’égard de la finance numérique s’est accrue, créant un écart encore plus grand entre ceux qui ont accès aux services bancaires et ceux qui n’en ont pas. Heureusement, la situation est prête à changer.

Comprendre les sous-bancarisés

Il existe une série de facteurs qui rendent les individus sous-bancarisés ou non bancarisés. L’itinérance a été un énorme défi pour les personnes essayant d’ouvrir un compte bancaire, car ces comptes nécessitent généralement une adresse permanente.

Voici une vidéo relatant ces faits :

De même, les migrants qui se rendent dans un nouveau pays peuvent ne pas disposer des dossiers financiers ou d’autres documents requis pour accéder aux services financiers. Un manque de normalisation internationale, par exemple dans les rapports des bureaux de crédit, peut rendre difficile pour les banques de se procurer les informations dont elles ont besoin auprès de sources conventionnelles.

Rendre l’argent simple

Comme nous l’avons vu avec la popularité des fonctionnalités de sécurité numérique telles que FaceID de l’iPhone, la simplicité engendre la confiance. En simplifiant l’accès, en offrant une clarté supplémentaire et en économisant des efforts aux clients, les sociétés financières peuvent servir les clients non bancarisés et gagner les sceptiques. Les Fintechs à croissance rapide mènent cette charge avec des applications et des solutions basées sur Internet : PayPal et d’autres fournisseurs de portefeuilles numériques permettent à quiconque de recevoir de l’argent, d’effectuer des paiements et de surveiller les soldes plus facilement. Ils offrent également de plus en plus de services supplémentaires, tels que la possibilité de payer en plusieurs fois et de gérer les paiements d’abonnement à la demande.

Les sociétés financières assouplissent leurs règles et simplifient l’accès aux services de base. Des banques telles que HSBC ont introduit des comptes « sans adresse fixe », qui offrent aux sans-abri un endroit sûr où garder et dépenser de l’argent, en partenariat avec des associations caritatives. Pendant ce temps, Monzo permet aux personnes sans documents d’identification standard de demander un compte bancaire de base, en acceptant des alternatives comme leur permis de séjour biométrique ou une lettre de prestations comme pièce d’identité. Le crédit présente cependant un plus grand défi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.