La pandémie de COVID-19 a eu un impact sans précédent sur le monde. Présentation de nouveaux défis à résoudre. Avec toutes sortes de restrictions et de verrouillage pour limiter les dommages causés par le virus, nous avons dû nous fier à la technologie. Pour la plupart, c’était aussi une révélation. La finance et la banque étant au cœur des avancées technologiques, ont été les plus touchées.

Pendant le COVID-19, partout dans le monde, les gens ont essayé d’éviter ou de limiter tout contact face à face avec des entités. Naturellement, avec de nombreuses villes sous verrouillage, l’utilisation de diverses installations comme les succursales bancaires et les guichets automatiques a été considérablement réduite. Cela a conduit les gens à utiliser des canaux numériques pour les opérations bancaires, les paiements, etc., ce qui est globalement plus efficace et plus rapide que les méthodes traditionnelles. Cela a également permis aux banques de réduire le nombre de succursales, réduisant ainsi les coûts. Les centres d’appels sont plus efficaces pour gérer les exceptions et les erreurs que les visites en succursale.

Internet a aidé le secteur

Les consommateurs auront toujours besoin d’argent liquide pour leurs besoins quotidiens et commerciaux. Cependant, les événements récents combinés aux progrès technologiques tendent tous vers une société sans argent liquide. Aujourd’hui, n’importe qui peut choisir de ne pas utiliser d’argent liquide dans la plupart des régions du monde. C’est un triomphe en soi pour la technologie et la finance.

Voici une vidéo en anglais comparant cette pandémie à la crise financière de 2008 :

Le changement de mode de fonctionnement a entraîné un déplacement de la charge vers les canaux numériques tels que le Web, les appareils mobiles et connectés, soutenus par des centres d’appels. Ce changement soudain pendant le COVID a augmenté le stress sur ces plates-formes technologiques, ce qui a entraîné une rupture des services numériques sous la charge avec des services interrompus. Un problème qui a dû être résolu rapidement, car il affecte la réputation auprès des clients et la croissance.

Des changements majeurs

Les institutions ont dû réévaluer et détourner les dépenses en capital pour relever ce nouveau défi. Les budgets ont dû être modifiés en fonction de l’évolution des habitudes des clients, davantage de capitaux étant mis à disposition pour améliorer les plateformes numériques et réduire les autres domaines. Les stratégies de croissance ont dû changer à court, moyen ou long terme en fonction de l’interprétation de COVID et de son impact. La livraison des produits et des services a dû être réalignée sur la nouvelle stratégie de croissance. La technologie étant à la pointe.

L’ajout de matériel coûteux pour faire évoluer les plates-formes technologiques verticalement ne fonctionne pas toujours et n’est pas nécessaire dans le monde actuel. La modernisation des plates-formes existantes pour évoluer et ajuster les performances en fonction de la charge est plus rentable et efficace. Le cloud computing pourrait apporter une réponse à de telles problématiques, ils apportent l’élasticité nécessaire pour faire face à ce changement saisonnier de la demande, en augmentant ou en diminuant la capacité à la volée. Après tout, les appareils portables étant de plus en plus populaires, nous pourrions être connectés à la banque de plus de manières que nous ne le pensons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *