Quelqu’un qui sait tout à ce sujet est Yinglain Xie, PDG de Datavisor, société de détection de fraude proposant des solutions basées sur la technologie IA. Ayant précédemment travaillé chez Microsoft, Yinglain a plus de 10 ans d’expérience dans le domaine de la sécurité, spécialisé dans la lutte contre les attaques à grande échelle avec les technologies IA et Big Data.

Ici, elle partage son point de vue sur les options de paiement numérique, la chute des chèques et ce que cela signifie pour une fraude potentielle.

Les chèques en papier disparaîtront

Covid-19 et le besoin urgent de réduire la propagation de l’infection ont accéléré l’adoption des méthodes de paiement numériques, éliminant ainsi le besoin de chèques papier, tant pour les consommateurs que pour les entreprises. En fait, le nombre de chèques papier a chuté d’environ  1,8 milliard par an et, à ce rythme, ils risquent de disparaître complètement.

Voici une vidéo en anglais relatant ces faits :

À mesure que les chèques papier sont remplacés par des méthodes de paiement numériques, la fraude numérique associée aux applications de paiement en espèces, aux transactions par carte non présente (CNP) et aux transferts sans fil augmentera, nécessitant une détection et une prévention proactives et adaptatives.

Les solutions proactives contre la fraude remplaceront les anciennes solutions réactives

Les innovations dans l’industrie des paiements en ligne conduiront au développement de nouvelles attaques frauduleuses, à mesure que les fraudeurs adaptent leurs méthodes. Malheureusement, les anciennes solutions de fraude exigent que les équipes de lutte contre la fraude aient une expérience significative et un accès aux données historiques, dont aucune n’existe pour ces nouvelles options de paiement numérique.

Les entreprises devront investir de manière significative dans une protection de cybersécurité proactive qui comprend un apprentissage automatique avancé tel que l’apprentissage automatique non supervisé (UML) pour défendre ces nouvelles applications et canaux numériques.

La détection des fraudes sera instantanée

es attaques modernes sont organisées, sophistiquées et à grande échelle, les fraudeurs utilisent des botnets ou des émulateurs pour lancer des vagues d’attaques à grande échelle pour créer des comptes, transférer des fonds, effectuer des paiements ou abuser des promotions. Le secteur des paiements évoluant vers le règlement instantané en temps réel, une réponse lente peut entraîner d’énormes pertes dues à la fraude.

Pour devancer les fraudeurs et réduire les frictions légitimes des utilisateurs, les organisations adopteront des technologies de détection en temps réel et élimineront les systèmes par lots ou les examens humains approfondis qui tardent à réagir.

La fraude mobile continuera d’augmenter

La fraude mobile a augmenté d’au moins 44 % d’année en année, et l’année dernière, 93% du total des transactions mobiles dans 20 pays ont été bloquées comme frauduleuses. Les fraudeurs peuvent créer des applications malveillantes qui semblent légitimes, pour amener un utilisateur à les télécharger sur son appareil. Ils peuvent exécuter des fermes d’installation, des banques physiques de téléphones mobiles ou utiliser des émulateurs d’appareils pour exécuter des scripts basés sur des robots et se faire passer pour de véritables utilisateurs finaux pour commettre une fraude d’application.

Étant donné que les fraudeurs peuvent manipuler les données à plusieurs points de contact tout au long du parcours de l’utilisateur, il est important de collecter les données à la source, pour valider si l’utilisateur est légitime. À cette fin, l’intelligence des appareils alimentée par l’IA deviendra une caractéristique essentielle des solutions de fraude et de risque, aidant à arrêter la fraude mobile avant qu’elle ne cause des dommages.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *