La communauté internationale a pratiquement coupé les vivres au Mali, après le coup d’Etat perpétré par le Colonel Assimi Goita, le 24 mai 2021. Désormais, le pays ne pourra compter que sur lui-même pour financer son fonctionnement. Mais comment s’en sortir rapidement quand on a été longtemps sous perfusion ? Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur d’ADP-Maliba et candidat à la présidentielle de 2022, pense avoir trouvé la solution. Il propose une contribution nationale de 1000 milliards de Francs CFA de toute la population malienne.

Ç’en était assez pour la communauté internationale. Après avoir réalisé un putsch contre Ibrahim Boubacar Keita en août 2020, le Colonel Assimi Goita a opéré un autre coup d’Etat en mai dernier contre la transition, en place depuis octobre 2020. Pour faire plier les militaires au pouvoir à Bamako, les partenaires internationaux ont suspendu toute aide au Mali.

Pourtant, ce pays vit des financements du FMI, de la Banque mondiale et des Etats européens depuis plusieurs années. Face à cet arrêt brusque du soutien de ses partenaires, le Mali doit rapidement trouvé d’autres sources de financements. Mais vers qui se tourner ? Les options sont très restreintes. Même la Russie ne pourra pas fournir au Mali une aide substantielle, à part l’appui militaire.

Que tous les patriotes souscrivent à cette aide

Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur d’ADP-Maliba et candidat à la présidentielle de 2022, pense qu’il ne faut pas faire la courbette à un nouveau partenaire. Il prône plutôt un effort national pour permettre au Mali de conduire à bon terme sa transition. « Moi je pense qu’il faut un sursaut national. Le pays a des moyens pour se défendre, pour se développer, se stabiliser et se sécuriser. Pourquoi ne pas lancer un appel national de 1000 milliards de Francs CFA (à peu près 2 milliards de dollars USD), pour que tout le monde, tous les patriotes souscrivent à cette aide, qu’ils soient à l’intérieur du Mali ou fassent partie de la diaspora », a suggéré l’ex député de Kayes sur Radio Kledu direct, le 24 juin 2021. 

Pour la sécurisation et la stabilisation du Mali 

Cette contribution nationale pourra se faire sous forme de zéro coupon avec une maturité de dix ans, selon le dirigeant. On pourra même la convertir en or puisque le Mali est un grand producteur d’or (5e au classement africain avec 61,2 tonnes par an).

Aliou Diallo précise que « cet argent servira à financer la sécurisation du Mali, sa stabilisation et tout ce qu’on attendait de l’extérieur sur le plan budgétaire, jusqu’à la fin de la transition ». Conscient de la méfiance entre dirigés et dirigeants, le leader d’ADP-Maliba invite chaque Malien à mettre l’intérêt supérieur de leur pays au-dessus des ambitions personnelles.

Un « plan Marshall » pour le Mali

Aliou Boubacar Diallo avait déjà fait une proposition similaire dans son programme pour la présidentielle de 2018. Il avait concocté un « plan Marshall » pour le Mali, potentiellement doté de 15.000 milliards de Francs CFA. L’homme d’affaires compte mobiliser cette somme via des emprunts d’État et auprès des bailleurs et des partenariats privé-public.

Avec ces fonds, il a prévu de procéder à la réorganisation et à la modernisation de l’armée malienne, ainsi que de l’administration nationale. Aliou Diallo souhaite également impulser le développement harmonieux et équitable des régions du Mali en s’appuyant sur les ressources locales. En outre,  l’entrepreneur malien veut booster l’emploi des jeunes par la création de dizaines de milliers de PME. Ce qui permettra de de mettre fin ç des problèmes endémiques tels que le chômage, l’immigration clandestine et le terrorisme.

Une réussite dans les affaires 

Aliou Diallo est sûr de la justesse de ses propositions pour le redressement de l’économie malienne. Il revendique notamment son succès dans le monde des affaires. En effet, le milliardaire malien est le PDG d’Hydroma, une société spécialisée dans l’exploitation de l’hydrogène naturel.

A ce jour, il demeure le seul entrepreneur à avoir parié sur cette ressource totalement vertueuse. Il passe surtout pour le pionnier, d’où l’invitation reçue pour participer au sommet H-NAT 2021, dédié à l’hydrogène naturel. Depuis 2012, sa compagnie produit de l’électricité verte non commerciale pour le village de Bourakébougou.

A terme, Aliou Diallo rêve de donner au Mali sonindépendance énergétique, alors que le pays est actuellement confronté à un sérieux délestage. Il souhaite aussi contribuer à l’industrialisation du Mali avec son hydrogène naturel. En outre Aliou Diallo a prévu de booster le transport malien en lançant un train à hydrogène, entre Bamako et Kayes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *