Lorsque la nouvelle du virus a fait la une des journaux, les marchés boursiers ont réagi négativement, puis ont atteint des sommets record. Les gestionnaires de fonds ont applaudi des niveaux de résilience sans précédent alors que le marché haussier prévalait pendant un certain temps. Cependant, les choses ont changé et on a assisté à une baisse continuelle.

Une baisse de près de 30 % a été enregistré sur les bourses mondiales, depuis le 20 février. Ensuite, il y a eu une tendance baissière importante. La raison de cette baisse s’explique par le recours massif au trading à haute fréquence. Ces technologies ont tendance à surréagir à chaque fois qu’il y a un signal négatif.

Le trading à haute fréquence

La prévision financière consiste à prévoir l’avenir financier d’une organisation. Il tient généralement compte de l’historique des prix, des volumes d’échanges ou d’autres indicateurs tels que les états financiers, les taux d’intérêt et les prix des matières premières pour prédire. Des prévisions précises peuvent aider les entreprises à planifier leurs approvisionnements pour répondre aux demandes des clients, éviter les pertes et entreprendre des investissements rentables.

Même si certaines études suggèrent que le trading à haute fréquence améliore l’efficacité du marché et la vitesse à la quelle tout le monde peut exécuter des ordres importants, il est possible que les avancées technologiques rapides ne profitent qu’à ceux qui sont spécialisés dans le domaine.

Certes, cette méthode présente des avantages, mais face à la situation à laquelle le monde a fait face, les algorithmes n’ont pas pu prendre les bonnes décisions. C’est pour cette raison qu’introduire l’homme dans la réalisation des analyses est devenu essentiel.

Apporter quelques changements

Afin d’avoir une meilleure analyse, il est essentiel d’y introduire d’autres données liées à la société et à l’environnement. C’est d’ailleurs une étape cruciale après cette pandémie qui ravage le monde de la finance et l’économie mondiale actuellement. Aujourd’hui, on ne peut pas se fier aux données utilisées.

La meilleure chose à faire serait donc de se baser sur l’analyse financière fondamentale.

Des humains qualifiés et formés doivent ainsi réaliser cette évaluation de la stratégie. Le secteur bancaire n’a pas adoptée cette méthode avant l’arrivée du coronavirus. En effet, de nombreux établissements ont licencié de nombreux salariés à cette époque.

Les ressources humaines constituent donc un élément essentiel afin d’éviter une autre crise dans le monde de la finance après le passage de cette épidémie.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *