Ces derniers mois ont été mouvementés pour les investisseurs en crypto-monnaie. La relation chaude et froide d’Elon Musk avec Bitcoin a provoqué des fluctuations massives de sa valeur, car il met en évidence les préoccupations environnementales concernant la consommation d’énergie de l’extraction de crypto-monnaie.

La Chine est allée plus loin en interdisant l’extraction de crypto-monnaie et en réprimant le commerce alors qu’elle cherche à ouvrir la voie à sa propre monnaie numérique chinoise soutenue par la banque centrale. Dans le dernier coup, la banque Barclays est intervenue pour empêcher les investisseurs britanniques d’utiliser leurs cartes de crédit ou de débit pour déposer des fonds dans la plus grande bourse de crypto-monnaie au monde, Binance.

Les autorités prennent position

Leur décision fait suite à la décision de la Financial Conduct Authority (FCA) du Royaume-Uni selon laquelle Binance n’est pas autorisée à mener des activités réglementées au Royaume-Uni, car la société dont le siège est aux îles Caïmans ne s’est pas enregistrée auprès d’eux. La FCA est allée plus loin sur son site Internet en déclarant qu’il est important de se méfier des publicités diffusées sur les réseaux sociaux et sur Internet garantissant des retours sur investissements importants dans les devises virtuelles. D’ailleurs, la FCA n’autorise pas du tout cette pratique.

Voici une vidéo relatant ces faits en anglais :

Ce n’est certainement pas le premier cas de problèmes juridiques pour les crypto-monnaies, l’année dernière, la Securities and Exchanges Commission (SEC) des États-Unis a lancé un procès surprise contre Ripple Labs et deux de ses dirigeants Chris Larsen et le PDG Brad Garlinghouse qui géraient le cryptoasset XRP. La SEC affirme que la nature centralisée du XRP signifiait qu’il ne s’agissait pas d’un produit comme annoncé, mais en fait d’un titre non enregistré, dont les dirigeants avaient profité à hauteur de plus d’un milliard de dollars. L’action en justice a amené la deuxième plus grande bourse de crypto-monnaies Coinbase à suspendre la négociation de l’actif, mais cela n’a pas empêché les clients d’intenter des poursuites contre la bourse, affirmant qu’elle profitait d’un actif illégal.

Un défi majeur pour l’industrie crypto

Ces controverses très médiatisées sont peut-être les problèmes de démarrage d’une industrie naissante qui a explosé au cours des douze derniers mois dans une folie spéculative de style ruée vers l’or, atteignant son apogée en avril de cette année alors que Bitcoin a atteint plus de 60 000 dollars la pièce.

Comme les rouages ​​de la politique et de l’élaboration des lois sont notoirement lents à tourner, il y a naturellement eu une période de décalage entre cette ruée fébrile vers l’investissement des consommateurs et le rattrapage du cadre juridique. Le prix du Bitcoin a continué de baisser depuis son pic en avril alors qu’une myriade de préoccupations s’accumulent : son impact environnemental, son utilisation dans le blanchiment d’argent et le crime organisé comme la cyberattaque sur le Colonial Pipeline, et les craintes que la réglementation ne soit le dernier clou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *