Beaucoup de documents sont documentés sur la façon dont le COVID a accéléré le programme de banque numérique et de transformation, car davantage de canaux distants sont devenus la norme pour les opérations bancaires quotidiennes. De même, la pandémie a également eu un effet très profond sur les paiements et, ironiquement, c’est la façon dont l’argent liquide est utilisé qui détermine la manière dont les tendances futures se dessinent.

Depuis plusieurs décennies, les experts bancaires ont prédit la disparition de l’argent liquide, et pourtant, avant la pandémie, l’utilisation de l’argent liquide, malgré sa baisse d’utilisation, était encore très répandue. Les données de Statista montrent que 50,5 % des transactions effectuées par les consommateurs étaient en espèces, contre 14,6 % en 2019, en baisse mais certainement pas en dehors. 

Utilisation accrue des systèmes de paiement sans contact

Malgré la crise et le passage important aux paiements sans contact, ainsi que le passage des dépenses physiques en magasin aux dépenses en ligne, les systèmes de paiement ont fait preuve d’une résilience remarquable sans aucune panne signalée. La plupart des banques et des détaillants se sont intensifiés pendant cette période et ont fait un effort supplémentaire pour aider les consommateurs à surmonter les défis liés à la pandémie, par exemple les congés de paiement hypothécaire, les prêts avec rebond, l’extension des fenêtres de remboursement pour les achats et davantage d’options de clic et de collecte… Il est également juste de dire qu’avec ou sans l’angle d’hygiène ou de santé et de sécurité lié à la manipulation des billets et des pièces de monnaie physiques, l’utilisation des espèces est en baisse et devrait encore baisser.

Voici comment pourrait être l’industrie bancaire après cette pandémie :

Ce schéma ne signifie cependant pas que les transactions globales sont en baisse, il reflète simplement la migration de ces transactions vers d’autres méthodes de paiement telles que les cartes de débit ou les paiements sans contact. La transition générale vers les paiements numériques est favorable, mais le secteur bancaire ne s’est pas vraiment préparé à un redéploiement non planifié aussi important. De nombreuses considérations commerciales doivent être prises en compte à mesure que ces micropaiements augmentent en échelle et en vitesse.

Quel impact sur l’économie ?

L’impact économique pour les banques à mesure que ces micropaiements augmentent en volume, est difficile, car la rentabilité du traitement, de la compensation et du règlement de ces transactions est moindre sur une base entièrement absorbée. Ceci dans le contexte d’importants domaines technologiques hérités, qui doivent désormais traiter un nombre important de transactions à haute vitesse et de faible valeur qui doivent être exécutées en temps réel. Pour vous aider à comprendre ce qui détermine la rentabilité des paiements, quelques leviers entrent en jeu.

Le revenu net d’intérêts, qui subit une pression importante à l’échelle mondiale, et représente 60 % des revenus de paiement. Pour les transactions par carte, des frais d’interchange sont payables par le processeur de paiement aux fournisseurs qui émettent ces cartes. Les coûts d’infrastructure pour les acteurs traditionnels ont tendance à être plus élevés, car l’architecture héritée est coûteuse à modifier et plus difficile à rester conforme, en particulier lors de la fourniture de paiements plus rapides et en temps réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *