A l’heure actuelle du progrès technologique, l’économie mondiale est affaiblie par trois défis majeurs : le changement climatique, les limitations de la vitalité et l’urgence liée à l’argent à l’instar des crypto-monnaies. Ceci est dû à l’amélioration financière qui entraîne parallèlement des dépenses sous forme de dégradation de l’environnement.

La finance verte est la solution pour réaliser le contrat entre l’économie et la nature. La finance verte est considérée comme l’aide monétaire au développement durable, qui diminue les rejets de substances nocives à la couche d’ozone et les émanations de contamination de l’air. Le fonds vert, les structures vertes, la sécurité verte et d’autres activités durables devraient connaître un franc succès dans les années à venir.

L’écart entre les besoins de la finance verte et les flux financiers existants

Le cœur du problème réside dans un meilleur partage de connaissances et une meilleure éducation. Un investisseur non informé investira très peu, voire pas du tout. Pour lutter le changement climatique, il est important d’agir sur les infrastructures et l’économie réelle. Aux Etats-Unis, la plupart des investisseurs considèrent le prix comme un facteur déterminant, sans pour autant penser à l’environnement.

La clé est de faire beaucoup plus et d’innover, de financer des entreprises vertes et de les faire développer. Les actifs verts sont rares alors que les investisseurs recherchent tous de bons actifs durables. Le défi ne concerne pas l’argent, mais le manque d’actifs verts. Comme aux Etats-Unis, les gens se tournent vers les énergies renouvelables, car ils pensent que c’est le meilleur placement à l’heure actuelle. Pourtant, ils devraient y avoir d’autres options afin de stimuler ce secteur en plein essor.

La meilleure façon de procéder

Il est évidemment essentiel de sensibiliser les citoyens et les institutions financières aux opportunités de la finance verte. Cependant, les institutions financières disposent d’un lever beaucoup plus puissant pour conduire un véritable changement à grande échelle et canaliser les capitaux vers des actifs verts. Les institutions financières doivent développer des produits verts pertinents au lieu de considérer ce sujet du point de vue de la communication institutionnelle.

Le secteur immobilier pourrait être une porte d’entrée pertinente pour cibler les Millennials afin de structurer les actifs immobiliers. D’autre part, il existe également des plateformes de financement participatif pour des projets durables. L’un des principaux avantages de ces plateformes est qu’elles peuvent apporter un engagement local et un engagement à un projet.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *