Le groupe Casino, présidé par Jean-Charles Naouri, a annoncé, mi-décembre, la réussite de deux opérations financières devant lui permettre de poursuivre le renforcement de sa structure capitalistique.

L’une porte sur l’émission d’une obligation non sécurisée de 400 millions d’euros et l’autre sur un abondement de 225 millions d’euros, soit 625 millions d’euros au total. Un montant qui dépasse les 500 millions d’euros initialement visés.

Le groupe Casino a annoncé, le mercredi 9 décembre 2020, avoir levé avec succès 625 millions d’euros pour poursuivre le renforcement de sa structure financière. Il tablait initialement sur un montant de 500 millions d’euros, mais a pu compter sur la sursouscription d’une base d’investisseurs diversifiée.

Les fonds ont été récoltés grâce à deux opérations de financement. D’une part l’émission d’une obligation non sécurisée de 400 millions d’euros, portant un coupon de 6,625% et de maturité janvier 2026. D’autre part, un abondement de 225 millions d’euros du prêt à terme (Term Loan B) de maturité janvier 2024, à un prix d’émission de 99,75% du nominal.

Les résultats de l’offre de rachat attendus le 21 décembre 2020

Pour le groupe de Jean-Charles Naouri, ces nouveaux financements complèteront les produits des cessions de Leader Price dans l’optique de financer l’offre de rachat obligataire en cours visant les souches 2021, 2022, 2023, 2024 et 2025, pour un montant maximal de 1,35 milliards d’euros.

Le distributeur a indiqué que les résultats de l’offre de rachat seront communiqués au marché le 21 décembre prochain. Aussi, précise-t-il que les fonds éventuellement non utilisés au terme de cette offre de rachat seront versés sur le compte séquestre réservé au remboursement de la dette, en vue d’opérations ultérieures.

2,8 milliards d’euros d’actifs déjà cédés 

Pour rappel, le groupe Casino est engagé dans un vaste plan de cessions d’actifs non stratégiques depuis plusieurs mois. Il a notamment finalisé la vente, le 30 novembre dernier, de 545 magasins Leader Price, 2 supermarchés Casino et 3 entrepôts au discounter Aldi France pour une valeur d’entreprise de 717 millions d’euros.

Sans oublier la vente de Vindémia en juin dernier au groupe Bernard Hayot (GBH). Ces cessions d’actifs non stratégiques réalisées par le groupe français s’élèvent à 2,8 milliards d’euros sur les 4,5 milliards d’euros visés d’ici à mars 2021. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *